La crise sanitaire que nous traversons depuis des mois a notamment mis en lumière la nécessité de garantir l’égal accès aux soins pour tous dans nos territoires, afin d’améliorer la prise en charge de nos concitoyens et de réduire le nombre de déserts médicaux.

Dans ce contexte, j’ai rencontré les Docteurs Agnès Ricard-Hibon (Chef de Service SAMU-SMUR 95) et Mustapha Youssef (Responsable du Service des Urgences du Centre Hospitalier de Gonesse) qui m’ont alertée sur l’inégale répartition des effectifs de médecine d’urgence en Île-de-France.

Les structures d’urgence d’Île-de-France, particulièrement en grande couronne, sont dans une situation de forte tension en ressources humaines (médicale et paramédicale) et sont insuffisamment renforcées par les urgentistes sortant de l’école de médecine. Notre département du Val-d’Oise était particulièrement impacté par cette problématique.

En effet, la répartition de ces jeunes médecins n’était pas équitable et bénéficiait bien plus à la petite couronne qu’à la grande couronne. Cette inégale répartition ne permettait pas à l’ensemble des structures d’urgence franciliennes des bénéficier des renforts leur permettant de faire face aux vagues épidémiques.

À plus long terme, ce déséquilibre risquait de considérablement aggraver la problématique des effectifs médicaux en Île-de-France et d’engendrer le risque que nos structures d’urgence ne puissent efficacement répondre aux besoins de nos concitoyens.

Par un courrier nous avons alerté, avec mes collègues Députés du Val d’Oise et de Seine-et-Marne, l’Agence Régionale de Santé Île-de-France sur la nécessité de redéfinir la répartition des jeunes médecins urgentistes au sein des départements franciliens les plus en difficulté.

J’ai le plaisir de vous annoncer que cette action a porté ses fruits et a permis une meilleure répartition des internes en fin de formation : les Docteurs-Juniors.

Suite à ces démarches, une meilleure répartition a été mise en place. En effet, pour le choix de stage de 2021-2022, plusieurs postes ont été mis au choix par l’ARS IDF dans les structures d’urgences du Val-d’Oise et ont été choisis par les internes :

  • SAU Gonesse – SAMU 95 : 1 poste en novembre
  • SAU Pontoise – SAMU 95 : 1 poste en novembre et 1 poste en mai
  • SAU Beaumont-sur-Oise – SAMU 95 : 1 poste en novembre et 1 poste en mai
  • SAU Eaubonne – SAMU 95 : 1 poste en novembre
  • SAU Argenteuil – SAMU 95 : 1 poste en novembre (et 1 poste vacant non pris)
  • Un poste autorisé en partenariat APHP : SAU Louis-Mourrier (Colombes) – SAMU 95 : 1 poste en novembre

Cela fait un total de 8 internes « Docteurs-Juniors » en fin de formation (contre 3 l’année dernière), qui vont découvrir l’offre pédagogique de notre département et constitueront possiblement des futurs seniors pour nos structures d’urgence.