Nous approchons de la fin de la première lecture par l’Assemblée nationale du Projet de Loi de Finances pour 2022, le dernier de la mandature. Le Gouvernement et le Parlement engagent tous les moyens pour servir les Français, sans interruption, et ce jusqu’à la fin du mandat présidentiel et de celui de notre mandat de député(e). Commissaire aux Finances, j’ai participé activement aux débats et aux votes des crédits budgétaires alloués aux politiques publiques que nous déployons pour transformer la France.

Dès que cela est possible, je saisis l’opportunité d’éclairer les débats que nous avons en hémicycle sur les moyens que l’Etat met en œuvre pour ses politiques publiques sur la base de mon expérience de terrain, des réussites, des difficultés et dysfonctionnements observés sur notre territoire.

L’Est du Val d’Oise est le laboratoire de nos politiques publiques, notamment sur les sujets prioritaires qui nous intéressent : la politique de la ville et la rénovation urbaine, l’éducation et l’égalité des chances, les solidarités et la lutte contre la pauvreté, ou encore la question des mobilités avec le désenclavement de notre territoire.

Ainsi, lors des votes des crédits budgétaires de ces différentes missions, ce sont nos intérêts que j’essaie de pousser, et notamment pour que :

  • Les 12 milliards qui sont alloués à la politique de la ville viennent accélérer la rénovation dans les quartiers prioritaires de la ville, soutenir leur transformation, renforcer la mixité sociale et favoriser leur développement économique et commercial ;
  • Les 325 millions d’euros alloués à la lutte contre la pauvreté permettent de continuer à aider les plus fragiles, en poursuivant notre engagement de réduction des inégalités en nous attaquant aux racines de la pauvreté, et de poursuivre notre action pour les l’égalité des chances dès le plus jeune âge (avec la gratuité des petits déjeuners à l’école ou la tarification sociale des cantines).
  • Que nous envisagions de nouvelles pistes pour améliorer les taux de remplacement des professeurs sur les territoires les plus en tensions et les plus en difficultés et assurer ainsi une réelle égalité des chances, malgré les 3,5 milliards d’euros qui sont budgétés du primaire au lycée.
  • Que le rythme de développement des infrastructures de transport soit soutenu pour améliorer vos mobilités du quotidien.
  • Et plus spécifiquement aussi, m’assurer que les riverains de l’aéroport puissent procéder à l’insonorisation de leur logement, avec l’obtention d’une compensation financière des pertes de recettes de la taxe sur les nuisances sonores liées à la crise sanitaire pour le fonds d’aide à l’insonorisation, et ne pas perdre plus de temps !

Vous l’aurez compris, les problématiques sont diverses, mais elles ont toutes pour fil conducteur la transformation de notre pays. Nous devons croire en la France et ses réussites pour aller de l’avant. Je vous invite à retrouver tous ces sujets dans cette nouvelle lettre d’information, ainsi que les moments qui ont marqué ces dernières semaines, notamment en termes de solidarité ! 

Zivka PARK