La crise sanitaire du coronavirus agit comme un multiplicateur des inégalités sociales et territoriales en France. Des députés de plusieurs formations politiques, élus partout en France, signent un appel dans le JDD, afin que l’équité territoriale revienne au coeur des politiques publiques. Voici leur tribune 

“Le pays prend chaque jour davantage conscience que nous ne sommes pas tous égaux face à la crise sanitaire, ni face à ses conséquences économiques et sociales. La crise actuelle rappelle combien il est urgent d’enrayer la mécanique sociale qui conduit chaque jour à reléguer certains territoires aux marges de la République.

Comment vivre le confinement quand on occupe un logement surpeuplé?

Nous appelons à ce que l’équité territoriale soit demain au coeur des politiques publiques et il revient selon nous au Parlement d’en être le garant. L’épidémie de Covid-19 a mis à jour de nombreuses inégalités sociales et territoriales, ainsi que des failles dans les modes d’intervention des pouvoirs publics sur les territoires fragiles. Pire, elle a contribué à aggraver les difficultés dont sont victimes les citoyens les plus modestes et les inégalités entre les territoires les plus fragiles et les territoires plus privilégiés.

Les injustices sont criantes. Dans les quartiers, la situation sans précédent que traverse le pays exacerbe les difficultés qui accablaient déjà les populations : comment vivre le confinement quand on occupe un logement surpeuplé? Comment se protéger du virus quand on occupe un emploi précaire où le télétravail n’est souvent pas possible, quand on doit continuer à utiliser les transports en commun? Comment boucler les fins de mois et payer son loyer quand on vit, totalement ou en partie, de l’économie informelle? Comment, enfin, se protéger et se soigner dignement quand on vit dans l’un des plus grands déserts médicaux de France, à savoir la banlieue

Il est urgent de réaffirmer les fondements de notre pacte social

L’égalité en droits et en possibles, qui fait pourtant le socle de la promesse républicaine et de notre pacte social, est mise à mal par la crise que traverse le pays. Nous ne vivons pourtant aujourd’hui que les prémices d’une crise sociale sans doute sans équivalent dans l’histoire moderne. Sans une action résolue des pouvoirs publics, les ménages les plus modestes et notamment les habitants des quartiers en paieront le plus lourd tribut. Ces mêmes travailleurs invisibles dont on reconnaît soudain aujourd’hui l’utilité sociale : les caissières, les infirmières, les livreurs, les éboueurs, ceux qui continuent à aller travailler pour faire tourner les usines, les entrepôts et les services publics essentiels…

C’est une des leçons majeures à tirer de cette crise pour le monde d’après. Au-delà des mesures d’urgence engagées depuis un mois et que nous saluons, il est urgent de réaffirmer les fondements de notre pacte social en ne laissant aucun territoire, aucune population de côté. Cela demande une action et des mesures de long terme dans un cadre de pensée renouvelé, celui du combat pour l’équité territoriale, qui n’est autre que le pendant géographique de la justice sociale.

Nous portons la conviction qu’il revient au Parlement, qui représente les citoyens et les territoires, de faire vivre l’impératif d’équité territoriale dans le débat politique et de s’assurer de sa traduction dans l’exécution des politiques publiques. Le Président de l’Assemblée nationale évoquait ainsi l’opportunité de ‘généraliser l’évaluation ex ante de l’effet des lois sur l’égalité dans les territoires.’*

Il ne s’agit pas d’opposer les géographies ou les populations

Par ses prérogatives et moyens de contrôle et d’évaluation, renforcés ces dernières années, le Parlement est en effet en mesure de faire vivre un débat politique et démocratique continu sur les enjeux d’accès à la santé, à l’éducation, aux transports, à la sécurité, à l’emploi, à la rénovation urbaine, au numérique et à l’ensemble des services publics. Les parlementaires, qui sont au contact des réalités de leurs circonscriptions, en sont les meilleurs défenseurs.

Il ne s’agit ici ni d’un combat pour les banlieues, ni d’un combat pour la ruralité, ni d’un combat pour les Outre-mer. Il ne s’agit pas d’opposer les géographies ou les populations, mais au contraire de s’inscrire collectivement dans un projet qui peut mobiliser tous nos territoires, tous nos élus car il fait le fondement de notre idéal républicain. Ce projet, c’est celui de donner, à toutes et tous et partout sur le territoire, les mêmes droits. Ce projet, c’est celui de la République et, à l’heure des dangers populistes et séparatistes, nous le croyons plus nécessaire que jamais.”

Les signataires :

Fiona Lazaar, Députée du Val-d’Oise ; Zivka Park, Députée du Val-d’Oise ; Anne Brugnera, Députée du Rhône ; Fabienne Colboc, Députée d’Indre-et-Loire ; Coralie Dubost, Députée de l’Hérault ; Bruno Fuchs, Député du Haut-Rhin ; Albane Gaillot, Députée du Val-de-Marne ; Guillaume Gouffier-Cha, Député du Val-de-Marne ; Hubert Julien-Laferrière, Député du Rhône ; Anissa Kheder, Députée du Rhône ; Rodrigue Kokouendo, Député de Seine-et-Marne ; Mustapha Laabid, Député d’Ille-et-Vilaine ; Jean-François Mbaye, Député du Val-de-Marne ; Jean-Michel Mis, Député de Loire ; Sandrine Mörch, Députée de Haute-Garonne ; Matthieu Orphelin, Député du Maine-et-Loire ; Bénédicte Pételle, Députée des Hauts-de-Seine ; Stéphane Peu, Député de Seine-Saint-Denis ; François Pupponi, Député du Val-d’Oise ; Cathy Racon-Bouzon, Députée des Bouches-du-Rhône ; Pierre-Alain Raphan, Député de l’Essonne ; Cécile Rilhac, Députée du Val-d’Oise ; Laurianne Rossi, Députée des Hauts-de-Seine ; Sira Sylla, Députée de Seine-Maritime ; Aurélien Taché, Député du Val-d’Oise ; Laurence Vanceunebrock, Députée de l’Allier ; Souad Zitouni, Députée du Vaucluse