Ce mardi 8 janvier, la Communauté d’agglomération Roissy-Pays-de-France a reçu Madame la Ministre Chargée des transports, Elisabeth Borne. Cette réunion constituait l’occasion d’engager un dialogue constructif et de vérité avec les élus locaux sur la loi d’orientation des mobilités (LOM), pour laquelle j’ai été désignée rapporteure. 

Elle a également permis aux élus locaux d’interpeller l’Etat sur les problématiques de transport du territoire et surtout d’obtenir des réponses concernant le calendrier des différents travaux engagés (Francilienne, ligne 17, RER B-D). Si les maires ont reconnu la valeur ajoutée pour le territoire des projets d’envergure comme la construction du nouveau terminal T4 de l’aéroport Roissy – Charles-de-Gaulle, le président de la communauté d’agglomération Roissy Pays de France, Patrick Renaud, a rappelé qu’il ne faudrait pas pour autant en oublier les transports du quotidien. 

Les transports du quotidien comme levier à l’emploi 

Bien que les retombées en termes d’emplois associées à ces projets soient incontestables (50 000 emplois directs prévus avec la construction du nouveau terminal T4), le manque de transport en commun permettant de rejoindre facilement ce bassin d’emplois menace la réduction du taux de chômage du Val d’Oise (16%). L’inquiétude concernant l’accès aux emplois a été soulignée de manière récurrente par les élus. Il a par ailleurs été rappelé que la mobilité constitue le deuxième frein à l’emploi, juste derrière la formation. Dans une formule de synthèse, le président de la communauté d’agglomération Roissy Pays de France, Patrick Renaud, a soutenu qu’en matière de transports du quotidien sur le territoire du Val d’Oise, il était temps de « changer de braquet ». 

Pour répondre à ces inquiétudes, la Ministre Chargée des Transports, Elisabeth Borne, a affirmé que sa priorité depuis le début de sa prise de fonction concernait « les transports du quotidien ». A ce titre, elle a rappelé que l’un des objectifs au coeur de la loi de mobilités (LOM), était de désenclaver les territoires. Elle a rappelé l’engagement de l’Etat en faveur des transports en commun avec plus de 4 milliards d’euros de versement directs pour les transports du quotidien de l’Etat, dont 50% pour la région Ile-de-France. 

Etat d’avancement des différents projets en cours 

Le Préfet d’Ile-de-France, Monsieur Cadot, a par la suite répondu aux différentes questions des élus concernant l’avancement des différents projets en cours. Il a d’abord affirmé que la Francilienne (relier la 104 entre est et ouest vers Beauvais) serait finie avant 2024 au plus tard, et s’est déclaré favorable à l’instauration d’un comité de suivi incluant les élus. Le projet de L17 nord a également été confirmé par le Conseil de surveillance du Grand Paris. Le Lot 1 de la L17 (Saint-Denis-Gonesse) sera ainsi livré au plus tard en 2027 avec l’option de desservir la gare du Bourget. 

Cependant, à la question de savoir s’il était envisageable de prolonger jusqu’à Villepinte, le préfet de région, a répondu par la négative. La Ministre Chargée des Transports a également assuré que les problèmes d’effectif de la société du Grand Paris (ASGP) appartenaient désormais au passé. 

Ce dialogue de franchise entre les élus locaux et la Ministre Chargée des Transports, épaulée par les représentants de l’Etat, aura ainsi permis de lever les incertitudes concernant les différents projets de transports quotidiens engagés sur le territoire. 

Je me tiens à votre écoute et reste pleinement engagée pour le développement des transports du quotidien sur notre territoire. 

Votre députée, 

Zivka Park