Combattre le chômage de masse par la formation – A chaque étape importante de leur vie, nos concitoyens doivent avoir les mêmes chances de réaliser leurs projets et de s’accomplir.

Les principales mesures du projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel

En matière de formation : La France dépense 32 Mds€/ an pour la formation professionnelle, mais ceux qui en ont le plus besoin sont les moins bien traités par le système: demandeurs d’emploi, ouvriers, salariés de PME, personnes en situation de handicap. Le texte voté permettra de rendre la formation réellement accessible à tous.

S’agissant de l’apprentissage : Seuls 7% des jeunes sont en apprentissage, alors que 1,3 M de jeunes sont sans emploi ni formation et que l’apprentissage est une arme efficace contre le chômage. La loi va permettre de développer massivement l’apprentissage pour permettre à un plus grand nombre de jeunes d’accéder à un métier et à un emploi.

Concernant l’assurance-chômage : La loi votée va donner à chacun un filet de sécurité qui lui permettra de mener à bien un projet de reconversion, d’évolution professionnelle ou de création d’entreprise, pour retrouver le chemin de l’épanouissement professionnel.

Les principales mesures du Projet de loi 

Formation professionnelle : Chaque salarié et demandeur d’emploi pourra utiliser librement ses droits à la formation. Ils auront la liberté de choisir leur formation (500 euros par an et 800 euros pour les moins qualifiés-avec un plafond de 5000 et 8000 euros). Une application CPF (Compte personnel de formation) leur permettra de connaître les formations dans leur région, les débouchés professionnels, le montant de la formation, et de payer en ligne. Ils auront la possibilité de rencontrer un conseil en évolution professionnelle gratuit pour tous. Le dispositif PRO-A permettra aux salariés des entreprises en mutation de bénéficier de reconversion par alternance tout en conservant leur contrat de travail et leur rémunération.

Apprentissage : Partout sur le territoire, chaque jeune pourra se former en apprentissage jusqu’à 30 ans, en adaptant la durée de formation à son expérience initiale. Chaque jeune apprenti majeur aura une aide de 500 euros pour passer son permis. Chaque fois qu’une entreprise et un jeune se trouveront, leur projet sera financé. Les démarches seront également simplifiées pour les entreprises (1 seule démarche au lieu de 4)

Assurance chômage : les démissionnaires qui ont un projet professionnel auront les mêmes droits au chômage que les autres demandeurs d’emploi. Les indépendants (agriculteurs, artisans, auto entrepreneurs, commerçants indépendants…) en cas de liquidation judiciaire, auront droit à une indemnisation.  

Autres volets :

– l’égalité salariale entre les femmes et les hommes : nous mettons un terme à la différence injustifiable de salaire de 9% à travail égal. Les entreprises seront tenues d’être transparentes sur cette différence et de consacrer une enveloppe de rattrapage salariale. Si la différence persiste, elles seront sanctionnées.

– l’inclusion des personnes en situation de handicap : au moins 100 000 emplois supplémentaires d’ici 2022.

– de nouvelles protections pour les travailleurs des plateformes, tout en garantissant le développement de ce nouveau modèle économique indépendant. Ils auront la possibilité de se former grâce au CPF et donc d’envisager plus sereinement une évolution professionnelle.