Avec le ferme intention de lutter contre le harcèlement scolaire, le ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse, Jean-Michel Blanquer a présenté en juin dernier 10 nouvelles mesures contre le harcèlement scolaire. Je vous propose de les décrypter aujourd’hui pour vous :

  1.   L’inscription dans le Code de l’éducation le droit des enfants à suivre une scolarité sans harcèlement dans les termes suivants : « Aucun élève ne doit subir, de la part d’autres élèves, des faits de harcèlement ayant pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions d’apprentissage susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité ou d’altérer sa santé physique ou mentale. ». Le but est ici d’apporter une assise légale aux actions de prévention et mobiliser la communauté éducative contre le harcèlement scolaire.

2.  Proposer un programme anti-harcèlement aux écoles et aux collèges. Concrètement il s’agit de donner les outils nécessaires au corps enseignant et plus particulièrement à toute l’équipe pédagogique (psyEN, infirmières, CPE) à la prise en charge des situations de harcèlement. En plus de cette prise en charge essentielle, ce programme permettra de prévenir le danger en dispensant aux élèves du primaire au Université, 10h d’apprentissage autour du harcèlement scolaire.

3.  Mesurer la qualité du climat scolaire en incluant explicitement le harcèlement dans l’évaluation des établissements. Chaque acteur doit prendre ses responsabilités face à ce mal qui guette. Evaluer les établissements dans leur lutte contre le harcèlement scolaire c’est passer d’une obligation de moyen à une obligation de résultats; 

4.  Former l’ensemble des acteurs à la prévention du harcèlement. Des kits infos seront notamment distribués aux parents d’élèves afin de les sensibiliser aux premiers signes de harcèlement.

5.  Étendre les horaires de la plateforme Net écoute (joignable au 0800 200 000) dédiée au cyberharcèlement. Ce numéro vert national de prise en charge des victimes permet la suppression de commentaires en moins de 2 heures. 100% anonyme, gratuit et confidentiel, Net Ecoute prend en charge entre 7 000 et 10 000 appels par an afin d’écouter, informer et conseiller ces publics, du lundi au vendredi de 9h à 20h et le samedi de 9h à 18h. En plus de ce numéro, le ministère demande aux chefs d’établissement de faire inscrire le 3020, numéro vert permettant en cas avéré le déclenchement de l’application Stop harcèlement, en première page de tous les cahiers de correspondance des élèves.

6.  Aider les écoles et les établissements via un réseau départemental d’intervention en cas de situation de harcèlement complexe. L’objectif est de mettre en place un protocole de harcèlement afin d’être plus rapide dans la prise en charge de la victime.

7.  S’appuyer sur un comité national d’experts pour enrichir les contenus diffusés aux personnels, élèves et familles autour du harcèlement.

8.  Créer une plateforme nationale pour identifier les intervenants à joindre. En effet, les associations luttant contre le harcèlement scolaire ont deux fonctions principales. Premièrement elles peuvent être contactées par les établissements scolaires afin de faire de la prévention dans les établissements. Deuxièmement les victimes sont encouragées à les joindre afin d’être prises en charge par un personnel compétent capable de leur apporter soutien moral et de les aider dans leurs démarches juridiques.

9.  Instituer dès le CP un prix “Non au harcèlement” et lancer une campagne de communication pour les élèves du 1er degré. 

10. Organiser un colloque international en France et prendre l’initiative d’une convention internationale d’engagement des pays contre le harcèlement entre élèves.