J’interrogeais la Ministre des Transports sur l’évolution du statut des cheminots, et sur l’état d’avancement des négociations pour en définir les conditions.

J’ai rappelé que le projet de loi portant un nouveau pacte ferroviaire n’a pas vocation à humilier les cheminots, comme nous avons pu l’entendre, mais bien de donner les armes nécessaires à la SNCF de faire face à la concurrence.