Alors que nous venons de commémorer le cinquantième anniversaire de la mort du Général De Gaulle, le Président de la République a tenu à rappeler l’esprit qui animait le Général « dans les moments de douleurs comme dans ceux de gloires », qu’il nous a laissé en héritage, et qu’Emmanuel Macron a résumé par ces deux mots : « résilience et volonté ».

Plus que jamais, la France a besoin de cette résilience et de cette volonté.

Nous en avons besoin pour affronter cette seconde vague de l’épidémie qui a rendu malheureusement nécessaire la décision d’un reconfinement de notre pays, comme partout ailleurs en Europe. J’ai déjà eu l’occasion de vous le dire, c’est ensemble que nous sortirons de la crise sanitaire, avec une lueur d’espoir sur un possible vaccin dans les prochains mois.

Nous avons aussi besoin de résilience pour affronter les terribles attaques à l’encontre de nos valeurs, de notre modèle républicain et des fondements de notre démocratie après des attentats terroristes répétés.

Nous avons besoin de volonté pour que la France reste la France.

Monsieur Samuel PATY est tombé dans l’exercice de la plus belle des responsabilités et de la plus importante des missions que notre République et la société lui avait confié, celle d’enseigner. Dès la rentrée des vacances, j’ai tenu à me rendre au sein de 19 établissements scolaires (collèges et lycées) de notre territoire afin de rencontrer les équipes pédagogiques et de témoigner mon soutien aux professeurs et aux personnels de l’Éducation nationale. Je leur ai adressé un courrier que je tenais à partager avec vous et que vous retrouverez ici.

Dans cette lettre, j’ai tenu à rappeler que l’École est le pilier et le garant de la transmission de nos valeurs. L’école a été attaquée parce qu’elle représente et incarne le savoir face à la barbarie, la liberté de penser face à l’obscurantisme. C’est parce que le professeur Samuel Paty incarnait la République qu’il a été la cible du terrorisme islamiste. L’école doit rester un lieu d’émancipation où l’on construit le citoyen libre de demain.

Nous devons rester fiers de nos valeurs et tenir debout, aux côtés de nos professeurs, avec cette même résilience et cette même volonté qui ont permis au Général De Gaulle de libérer la France en 1945.