🇫🇷 En ce jour de commémoration, j’étais présente aux cérémonies des villes de Fosses, Bellefontaine et Le Thillay pour rendre hommage à “ceux de 14” pour reprendre les mots de Maurice Genevoix que le Président de la République fait rentrer aujourd’hui au Panthéon.

L’histoire d’un pays, c’est le ciment de son unité, de sa fraternité. Si ce jour de commémoration est national, n’oublions pas que nombre de communes de notre territoire furent directement meurtries par cet épisode de notre histoire.

Début août 1914, les villages voient partir pour la guerre les hommes en âge d’être mobilisés. Peu à peu, le bruit des armes se rapproche et, le 2 septembre au matin, la cavalerie allemande atteint les hauteurs situées au nord de Louvres. De là, ils aperçoivent la Tour Eiffel.

Dès août 1914, un poste de défense anti-aérienne est installé sur la route près de la ville. Puis, en octobre, le général Gallieni établit son poste de commandement un peu plus loin dans une propriété de Roissy-en-France, toute cette zone élargie constituant une des dernières lignes de défense militaire de Paris, obligeant l’envahisseur à bifurquer vers l’est à hauteur de Luzarches.

Autre lieu, Saint-Witz où l’écrivain Charles Péguy dormit dans la chapelle de la commune dans la nuit du 2 au 3 septembre 1914, la veille de sa mort au combat.

À partir de 1917, la gare de Survilliers/Fosses servira comme gare de triage importante de déplacement des troupes, notamment pour les soldats en provenance du nord du front.

Enfin, à la suite de l’offensive allemande du printemps 1918, c’est sur un terrain agricole au nord de Roissy-en-France que fut construit un aérodrome. Une escadre de combat, composée de bombardiers s’y installait. Elle allait soutenir activement l’armée du Général Mangin dont le succès sur le front allait marquer le début de la contre-offensive.

Victor Hugo déclarait en 1848 “Les souvenirs sont nos forces. Quand la nuit essaie de revenir, il faut allumer les grandes dates, comme on allume des flambeaux “. En ce jour de commémoration, gardons en mémoire que la paix reste un bien précieux.